DRAKKAR


Année: 1933
Longueur: 6.50m
Largeur: 2.35m
Chantier: MARSEILLE
Coque: Bois
Moteur: Beta marine
Propriétaire: Frédéric CRISCOLA

 

Conçue en 1933, cette barque Marseillaise a d‘abord été armée en pêche à Marseille, puis à Sausset-les-Pins avant d’être affectée à d’autres taches, puis débaptisée.
Ce pointu a subi en 2010 d’importants travaux de restauration de la proue à la poupe.
Pour que cette réhabilitation soit totale, j’ai voulu qu’il retrouve son nom originel : Drakkar.
C’est courant 2011, que le « Drakkar » a reçu son gréement définitif…

Frédéric

FABIDOMI


Année: 1960
Longueur: 7.45m
Chantier: STENTO- SETE
Coque: bois
Moteur: Volvo Penta
Propriétaire: Franck Porcel

 

 

Construit en 1960 à Sète par le chantier Stento pour deux propriétaires pêcheurs d’Istres (ce qui explique sûrement le nom du bateau). Plusieurs propriétaires pêcheurs ou plaisanciers par la suite dont notre ami Dino qui l’a fait venir à Bandol.

Particularités intéressantes pour le patrimoine nautique: la forme de l’étrave « tulipée » de manière à moins mouiller au passage du clapot, spécificité du chantier Stento sous l’influence d’un charpentier venu d’Oran à cette époque et le pont en bois blanc d’origine en lattes longitudinales. Il est fin a une carène rapide.
L’arbre a été posé sur l’emplanture d’escasse initialement déterminé par le chantier.
En 2011, il a étrenné sa nouvelle robe

FORBAN


Année: 1968
Longueur: 6.20m
Largeur: 2.24m
Chantier: GABRIEL
Coque: Bois
Classé en 2012 au BIP

Appartient à Eric STEINMETZ

 

 

Ce bateau appartenait à un pêcheur local. Depuis 1987, personne ne s’en occupait. En 2009 Eric le sauve des eaux, dans le port de Bandol. Il le restaure, sa coque est en bois rouge, il lui refait le pont en acajou. Voileux, il lui taille une belle robe qui le fait filer 6 noeuds par jolie brise.

L ESPOIR


Année: 1970
Longueur: 4.90m
Largeur: 2.15m
Chantier: NAVIBAC
Coque: Bois
Moteur: Volvo MD 2020
Propriétaire: MARTIN Benoît

 

 

 

Un peu d historique: ce bateau a été construit sur une commande de mrs Bertolat père et fils aux chantiers Navibac à Carqueiranne.
Le père Bertolat ayant servi sur un sous-marin en Indochine nommé « l’espoir »,  a décidé de donner le même nom a son pointu.
Pour ma part, j’ai passé mon enfance sur le pointu de mon grand-père qu’il avait lui aussi fait construire à ce même chantier.
J’étais à l’époque, et toujours  actuellement, très amoureux de la ligne de ces bateaux ainsi que de la qualité de construction.
Si je devais acheter un pointu, il ne pourrait être qu’un Navibac.
« l’Espoir » n’ avait pas de gréement à l’ origine, actuellement il a une voile latine.

Benoît